Une cérémonie à l’Assemblée en mémoire de Corinne Erhel organisée par Frédérique Massat

30/04/2017: Cérémonie en hommage à Mme Corinne Erhel
Tweet about this on TwitterShare on Facebook

Frédérique Massat a organisé hier après-midi, à l’Assemblée nationale, une cérémonie d’hommage en l’honneur de Corinne Erhel, brutalement décédée le 5 mai dernier, en présence de personnalités politiques : Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, Richard Ferrand, ministre de la Cohésion des territoires, Christophe Castaner, secrétaire d’Etat chargé des relations avec le Parlement et Éric Bothorel, qui succède à Corinne Erhel à la députation des Côtes d’Armor. Quelques personnalités civiles, dont François Brottes, ancien président de la commission des affaires économiques, aujourd’hui à la tête du groupe RTE, ainsi que ses proches, son époux, Jean-Luc Le Rhun, et ses fidèles conseillers et amis, Denis et Jacqueline Mer, Joël Le Jeune, Jean-Marie Herlidoux, Danielle Brezellec et Jeanine Le Bechec, étaient également présents. Son époux a tenu à remercier les collaborateurs de la députée, qui ont travaillé avec elle durant ses deux mandats.

C’est dans la salle Lamartine, où Corinne Erhel, s’est plusieurs fois exprimée au nom de la commission des affaires économiques que se sont succédés, ce mercredi, film et discours pour lui rendre hommage.

Frédérique Massat a ouvert la cérémonie en soulignant que « c’était bien plus animée par la volonté de faire le bien public, d’aider ses concitoyens que par ambition personnelle » que Corinne Erhel s’était engagée en politique, au sein du parti socialiste. Conseillère régionale de Bretagne depuis 2004, elle sera élue députée, pour la première fois, en 2007.
« Corinne Erhel avait trouvé sa place à l’Assemblée », a rappelé la présidente de la commission des affaires économiques. « Femme de cœur et de conviction, elle s’était, pleinement investie dans son rôle de parlementaire, avec l’efficacité, la rigueur et la pugnacité qui la caractérisaient. Volontaire, efficace et loyale, elle a œuvré, tout au long de ses deux mandats, en faveur du progrès numérique, enjeu sociétal, territorial et économique majeur ».

À ce titre, elle avait été, dès 2008, co-auteure de nombreux rapports d’information sur le numérique, en lien constant avec la technopôle de Lannion, « berceau des télécommunications ». Elle s’était attachée à accompagner, avec la plus grande vigilance, le développement stratégique aussi bien des grands groupes que des starts-ups. François Brottes, qui a suivi de 2012 à 2014 les premiers pas de Corinne Erhel au sein de la commission des affaires économiques, a dressé le portrait d’une élue « d’une loyauté sans faille, conviviale et fraternelle, au rire communicatif, qui ne connaissait ni le carriérisme ni le cynisme et ne recherchait pas la gloire », une élue au flair avant-gardiste.
En effet, Corinne Erhel aura participé à l’appropriation, par les responsables politiques, de questions cruciales pour l’avenir de notre pays telles que l’aménagement numérique du territoire, la compétitivité de la filière des télécommunications et de l’écosystème numérique ainsi que la modernisation numérique de l’État.

Élue de terrain, Corinne sillonnait la circonscription avec l’écoute et la disponibilité que tous lui reconnaissaient. Réparer l’injustice était son moteur. Soutenir le développement économique du territoire et ses emplois, stimuler l’innovation étaient au cœur de ses combats. « Corinne était accessible, tenant des permanences régulières. Elle était aussi exigeante, précise et rigoureuse : l’intégrité, avec elle, ne souffrait d’aucun arrangement », a souligné Éric Bothorel, son suppléant. « Sur notre belle terre d’Armor, elle redonnait toutes ses lettres de noblesse à la politique ». Christophe Castaner a, quant à lui, dépeint Corinne Erhel en combattante. « Elle avait l’amour de notre pays, de tous ceux qui portaient cette passion similaire de l’égalité et de la solidarité. Toute sa vie elle a caressé un rêve : que chacun trouve sa place dans le nouveau monde. Par son travail acharné son optimisme volontaire au service de l’intérêt général, elle a affiné sa conscience politique pour devenir une femme politique d’exception ».

Une minute de silence a été observée en sa mémoire, clôturant ainsi une cérémonie d’hommages aussi émouvants qu’unanimes à rappeler à quel point Corinne Erhel était une femme de celles qui font honneur à l’Assemblée, toujours animée par la volonté d’agir pour l’intérêt de tous, avec le souci constant que ses engagements puissent apporter un progrès à chacun.

Retrouvez ci-dessous le film rendant hommage aux deux mandats de Corinne Erhel :

Tweet about this on TwitterShare on Facebook

Voir tous les articles

Rechercher sur le blog