Frédérique MASSAT: un bilan dont on reparlera

20170519_113136
Tweet about this on TwitterShare on Facebook

Le dernier Conseil des ministres du quinquennat a été l’occasion de dresser un bilan sincère et objectif des cinq années passées. Les chiffres ne trompent pas : la France d’aujourd’hui est en bien meilleur état que celle que nous avons trouvée en 2012. En effet, le quinquennat du nouveau président élu démarre dans de meilleures conditions, avec des voyants au vert : le chômage diminue sur toutes les classes d’âge ; la croissance est de retour ; près de 200 000 emplois ont été créés dans l’économie marchande en 2016, du jamais vu depuis 2007 ; les investissements en entreprise ont atteint +4 % en 2016, au plus haut depuis près de dix ans.

Au-delà, ces 5 ans ont permis :

La préservation et la consolidation de notre modèle social
La préservation de la santé des travailleurs et du respect du dialogue social ont été des critères incontournables de chaque prise de position politique (retraite pour les carrières longues à 60 ans ; généralisation du tiers payant ; prise en compte de la pénibilité au travail ; compte de la Sécurité sociale à l’équilibre, convention d’assurance chômage négociée entre partenaires sociaux).

Le retour de la compétitivité et de la création d’emplois
Pacte de responsabilité et CICE, prime Embauche PME, etc : l’inversion de la course du chômage est le résultat de la politique ambitieuse et cohérente menée par la Majorité en faveur des entreprises, de l’emploi et de la jeunesse. La Majorité a, par ailleurs, pris des mesures en faveur du redressement de l’économie et de l’industrie françaises, notamment des TPE et PME. En Ariège, 2 806 entreprises bénéficient du Crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE), à hauteur de 19,1 millions d’€ par an (chiffres 2015).

– Le redressement des comptes publics
Le déficit public de la France est à son plus bas niveau depuis 2008. En arrivant au pouvoir en 2012, la Majorité s’est en effet attaquée à un immense chantier : redresser le budget de la France, sans perdre de vue son engagement en faveur de plus de transparence et de justice sociale et fiscale, en renforçant notamment la traque de la délinquance économique et de la fraude fiscale. La baisse régulière de notre déficit public a recréé la confiance des investisseurs dans notre pays, et les chiffres le prouvent : réduit de moitié depuis la crise de 2009, il s’établit en 2016 à 3,3% du PIB, alors qu’il avait atteint 5,1% en 2011. Le rythme est désormais adapté pour revenir progressivement à l’équilibre, tout en préservant la croissance de l’activité économique.

La modernisation de la vie publique
L’éthique publique, dont l’assainissement des finances a été l’un des axes majeurs, est devenue une composante centrale du pacte qui lie les citoyens à leurs représentants. Elle s’est traduite par des mesures à la symbolique forte : publication des liens d’intérêts et des patrimoines des décideurs publics via une déclaration consultable en début et fin de mandat, ou encore limitation du cumul des mandats, réforme attendue par près de 83% des français et qui est entrée en vigueur début 2017. Frédérique Massat, convaincue que le renouvellement de la classe politique est nécessaire afin de consolider les bases démocratiques de notre pays, avait fortement soutenu cette mesure.

– Le renforcement du pouvoir d’achat et la valorisation du travail
Assainir les finances publiques tout en rendant la fiscalité plus juste, c’est-à-dire en redonnant du pouvoir d’achat aux plus modestes, a été l’un des principaux objectifs de la politique budgétaire du Gouvernement, mise en place depuis 2012. La politique de redistribution a été assortie d’une baisse d’impôts pour plus de 12 millions de foyers fiscaux.

A partir de 2015, cette réduction a été suivie, sous l’effet du Pacte de responsabilité solidarité, par la baisse des prélèvements obligatoires et, économiquement, une chose est sûre : si impôts et dettes se réduisent en même temps, c’est que l’orientation économique prise par la Majorité est la bonne, et la maîtrise des dépenses effective.
Des mesures phares, telles que la prime d’activité, que nous avons déjà évoquée dans ce blog (http://www.frederiquemassat.com/au-1er-janvier-2016-la-prime-dactivite-va-remplacer-le-rsa-activite-et-la-prime-pour-lemploi/), ont été votées.

La transition écologique
Frédérique Massat, présidente de la commission des Affaires économiques, a rappelé que la loi pour la transition énergétique et la croissance vert est constitutive d’une nouvelle ère, celle de la transition énergétique ; une véritable révolution pour le pays et nos concitoyens.
Elle permet de renforcer l’indépendance énergétique de la France, en promouvant la sobriété énergétique, en prévoyant la rénovation des bâtiments, le développement des transports propres et celui des énergies renouvelables. La lutte contre le réchauffement climatique et la réduction des émissions de gaz à effets de serre figurent parmi ses ambitions principales. Au niveau européen, la France a été l’un des premiers pays de l’Union européenne à adopter un tel texte, plaçant le pays à la pointe de la transition énergétique mondiale. On peut d’ailleurs estimer que cette exemplarité a, en partie, contribué au succès de la COP 21 en décembre 2015.
De nombreux dispositifs de soutien à la croissance verte, concernant notamment les énergies renouvelables, ou encore l’agriculture biologique, ont été développés.

– Des avancées sociétales significatives
Mariage pour tous, renforcement de l’IVG, droit à la fin de vie dans la dignité.
L’adoption en février dernier de la proposition de loi de la Majorité dite « IVG et délit d’entrave numérique », dont Frédérique Massat a été co-signataire, a représenté une avancée fondamentale pour la liberté de choix des femmes : en effet, aujourd’hui, les organisations et lobbies anti-IVG sont les plus visibles et accessibles sur la Toile, diffusant de fausses informations sur l’avortement dans l’optique de dissuader les femmes d’y avoir recours. La Gauche a rappelé qu’il n’était pas tolérable que sur Internet, première source d’information pour bon nombre de personnes, des plateformes anti-choix diffusent des renseignements spécieux afin de tromper les femmes et de les décourager d’avoir recours à l’avortement.

– La priorité à la jeunesse
L’éducation et la formation, priorité du gouvernement, représentent le premier effort budgétaire de la Nation.60 000 postes ont été créés dans l’Education nationale. Le Gouvernement s’est, dès 2012, activement engagé en faveur de la jeunesse, introduisant des mesures novatrices telles que la Garantie Jeunes et les emplois d’avenir, à destination des jeunes en situation de grande vulnérabilité sur le marché du travail.

– Le renforcement de la sécurité
Dans une France endeuillée par les attentats, la Majorité a su prendre les décisions nécessaires à la sécurité des Français, renforçant les moyens de la police, de la gendarmerie et de la justice. De nouveaux moyens ont été octroyés au renseignement ; le contrôle aux frontières a été rétabli et la loi de programmation militaire rehaussée.

Mais aussi : la réforme territoriale, la lutte contre la fracture numérique, sans oublier les politiques pour les outre-mer, la politique internationale, avec des gestes symboliques forts : la France a ainsi, avec le déplacement de la délégation présidentielle en Colombie durant le démantèlement de la guérilla armée, joué un rôle fondamental dans le processus de paix.

Tout au long de ces 5 années, notre pays a ainsi relevé les grands défis de notre temps, dans la fidélité à son histoire, dans le respect de l’exigence de solidarité et de justice.

Tweet about this on TwitterShare on Facebook

Voir tous les articles

Rechercher sur le blog