Corinne Erhel : une disparition tragique

10012017audition-c-erhel-et-l-de-la-raudiere-objets-connectes
Tweet about this on TwitterShare on Facebook

Corinne nous a quittés, et sa disparition soudaine est un choc pour tout ce qui l’ont connue et appréciée au Palais Bourbon.

En 2007, nous avons toutes les deux fait nos armes de jeunes parlementaires au sein du groupe socialiste et de la commission des affaires économiques, découvrant les arcanes du travail législatif et les joutes politiques.

Il est bien regrettable d’attendre ce tragique moment pour rendre hommage au travail remarquable accompli par Corinne. Tout au long de ses deux mandats, elle s’est battue pour le progrès numérique et l’évolution des consciences, tout en restant attentive aux autres thématiques. Efficace, loyale et travailleuse elle ne manquait, en séance ou en commission, jamais à l’appel. En politique, Corinne avait trouvé sa voie. Ses compétences et sa parfaite connaissance du numérique, de la vie publique et des débats parlementaires aurait fait d’elle une excellente ministre.

Je perds aujourd’hui une amie fidèle, proche, complice, qui a su m’épauler dans mon mandat de présidente de la commission des affaires économiques avec le dévouement et la bienveillance qui la caractérisaient, attentive aux autres dans le travail d’équipe que nous menions au quotidien. Passionnée par ce qu’elle faisait, son optimisme balayait souvent les brefs moments de découragement que nous traversions. Je me souviendrai de son sourire chaleureux, de ses yeux pétillants d’intelligence et de malice.

Nous perdons une femme de convictions, profonde et bienveillante, qui portait les valeurs du socialisme progressiste haut dans son cœur. Une femme de celles qui font honneur aux bancs de l’Assemblée. Une belle personne, toujours animée par la volonté d’agir pour l’intérêt de tous, avec le souci constant que ses engagements puisse apporter un progrès à chacun. Le nombre de témoignages qui fleurissent sur la Toile ces dernières heures attestent de l’immense vide que laissera Corinne.

Merci Corinne, pour ce que tu as été et pour tout ce que tu as accompli, avec la générosité et la fraîcheur qui te caractérisaient. Infatigable et tenace travailleuse de l’ombre, ta disparition brutale te projette, malgré toi, en pleine lumière. Tu es partie bien trop tôt pour tes proches, pour tes amis, pour tes collègues.

Tweet about this on TwitterShare on Facebook

Voir tous les articles

Rechercher sur le blog